Créatrice à la une « Médiécuir Création » Artisan Maroquinière aux doigts en OR!

Bonjour à toutes et à tous!

Aujourd’hui, pour changer un peu, je viens mettre une créatrice à la UNE.

Il s’agit de Marianne, de Médiécuir Créations dont j’aime beaucoup l’univers inspiré de l’époque médiévale, mais aussi Fantasy… Ses limites sont celles de votre imagination.

Elle réalise des ceintures juste sublime!

Elle travaille le cuir et ce verbe ne convient pas d’ailleurs. Cette matière est sublimée entre ses doigts. Les pièces qui sortent de ses mains sont juste waouhhhh!

Voici son interview!




Qui suis-je ?
Je m’appelle Marianne L. , j’ai 29 ans, et je suis artisan maroquinière en auto-entreprenariat.

J’ai créé mon entreprise, « Médiécuir Créations », en septembre 2019 et je réalise des articles de maroquinerie artisanaux, qu’ils soient classiques ou d’inspiration médiévale.

La particularité de la majorité de mes produits est ce qu’on appelle le « repoussage » du cuir, qui consiste à « graver » un motif dans la matière afin de lui donner du relief.

Mon parcours :

Après avoir terminé une licence LLCE  (langues, littératures et civilisations étrangères) anglais à l’université, j’ai souhaité me reconvertir dans un métier plus manuel.

Mon intérêt de longue date pour le travail du cuir artisanal m’a poussée vers un CAP maroquinerie, puis vers un BTS « Métiers de la mode, chaussure et maroquinerie » en alternance afin d’acquérir des compétences de développement de prototypes et de produits de maroquinerie.

Durant cet apprentissage de la maroquinerie j’ai acquis beaucoup de techniques et de connaissances qui me servent au quotidien, même si mon apprentissage concernait spécifiquement le côté industriel de la maroquinerie et non son côté artisanal.

La partie artisanale, je l’ai abordée en autodidacte, avec l’aide de mes connaissances de base de patronage et de divers tutoriels.

En comptant les deux ans d’alternance du BTS, j’ai en tout travaillé 3 ans et demi dans la maroquinerie industrielle, pour des sous-traitants de grandes marques de luxe. J’ai rapidement réalisé que ce domaine industriel n’était pas fait pour moi, et que ma créativité ne trouvait aucun moyen de s’exprimer, j’ai donc fait un grand pas en avant en décidant de quitter mon travail pour me lancer dans l’entreprenariat.

Mon métier :
L’entreprenariat me permet aujourd’hui d’être passionnée par mon travail : je crée des produits de A à Z, depuis les premiers croquis, le patronage, la fabrication.

C’est le plus satisfaisant dans mon métier ! Avoir une idée de produit et la développer jusqu’à ce qu’elle se transforme en produit fini. Les commandes personnalisées sont mes préférées, car il s’agit de travailler de concert avec quelqu’un sur un produit qui sera vraiment unique, et j’ai énormément de plaisir à créer ce type de commande.

Comment je me vois dans 5 ans, 10 ans?
Dans 5 ans, j’espère pouvoir pleinement vivre de mon travail, travailler dans un atelier dédié, avoir un réseau développé et des partenariats avec des clubs ou des associations qui bénéficieraient de mes produits et de mes compétences.

D’ici 10 ans, j’envisage la possibilité d’avoir un ou deux associés afin de diversifier les produits et de répondre à une plus grande demande !

Il y a depuis quelques années un afflux d’intérêt pour l’artisanat et le travail manuel, malgré ça, les artisans ont souvent du mal à vivre de leur métier. Je considère que l’artisanat tel que je le pratique, comme le pratiquent beaucoup d’artisans, est un univers assez « niche », un peu méconnu. Il y a de la demande et de l’intérêt pour ce type de produits, mais presque uniquement de la part de connaisseurs ou de personnes qui ont des hobbies associés (costumes médiévaux, GN, clubs de tir à l’arc ou d’escrime médiévale…)

La vision populaire sur le cuir a également un peu changé ces dernières années, avec certaines marques de chaussures et de maroquinerie qui prennent l’initiative d’utiliser des substituts au cuir pour leurs produits. On entend beaucoup parler de « cuir vegan », qui est une matière au visuel semblable à celui du cuir, et qui est constitué de fibres organiques compressées. Cependant, il est impossible de travailler cette matière comme je le fais avec du cuir authentique, et les produits en cuir véritable conservent une base solide d’amateurs qui ne semble pas diminuer.

Mon travail & ma relation avec l’artisanat :
Comme indiqué précédemment, je crée beaucoup en m’inspirant de l’époque médiévale, même si je ne cherche pas à être historiquement correcte, sauf si le projet inclut cette authenticité historique, comme des accessoires pour un costume. Je crée des bourses en cuir, des besaces, des escarcelles, des ceintures, des fourreaux pour couteaux et épées… Mais pas que ! Je ne me limite pas dans les styles et les époques. Un de mes derniers sac à main a sur son rabat un motif floral de style baroque, j’utilise également beaucoup de motifs celtes ou nordiques. Selon les demandes des clients, je suis prête à me pencher sur n’importe quel style !

J’apprécie énormément l’artisanat car il y a un ressenti vraiment authentique dans la conception et la réalisation d’un produit. On peut mettre ses idées et sa créativité en forme et voir le résultat, et je trouve que c’est la meilleure partie du métier. On se sent vraiment libre dans ses créations.

Cependant, il peut être difficile de trouver sa cible et de se créer un réseau de clients solide, cela demande beaucoup de temps et de démarchage, temps qui n’est finalement pas passé à la fabrication.

Il y a également tout le travail à côté de l’artisanat lui-même, la comptabilité, l’achat de matière et fournitures, le marketing, l’organisation des commandes…

C’est beaucoup de travail, mais ça en vaut la peine !

En ce qui concerne mon matériel et mes matières, j’ai actuellement peu d’espace de stockage donc j’achète mon cuir au besoin, en fonction des commandes. Je fais principalement mes achats en ligne, sur quelques sites en qui j’ai confiance et dont je connais l’efficacité. Pour les couleurs et les teintures appliquées aux produits, si je n’ai pas de directive particulière de la part d’un client je propose des palettes de couleurs basées sur mon sens esthétique personnel, ce qui semble bien fonctionner jusqu’ici !

En ce moment-même, j’ai sur l’atelier un fourreau pour un sabre japonais, ainsi que quelques marque-page pour livres. Il y a toujours des temps de pause lors de la réalisation d’un produit (temps de séchage de teinture,etc.) donc j’ai toujours au moins deux produits en cours de fabrication !

Les réseaux sociaux :
À l’heure actuelle, Médiécuir Créations possède une page Facebook où je partage régulièrement mes produits finis, les nouveautés, les évènements auxquels je participe… Cela m’aide beaucoup à atteindre une potentielle clientèle et à créer un réseau, ainsi que pour montrer mes produits, car même si certains sont en modèle unique, cela permet de donner des idées aux gens et de montrer ce qu’il est possible de réaliser !
Cela me permet aussi d’avoir des retours sur mes produits et de savoir ce qui plaît, ce qui peut être amélioré, voire même d’avoir de nouvelles idées via les commentaires !
Médiécuir Créations



Créatrice à la une « Médiécuir Création » Artisan Maroquinière aux doigts en OR!

4 commentaires

  1. bonjour,
    j’aime beaucoup ce style d’article – il est intéressant de connaître la façon de travailler des artisans et leurs démarches – en plus d’un autre côté cela lui fait un potentiel de nouveaux clients c’est bilatéral – tu as une superbe idée – à bientôt Béné

  2. Une jolie présentation pour une artisane qui fait de bien jolies choses. L’artisanat peut-il survivre face à l’industriel ? J’ai failli y croire avant le coronavirus, l’espoir s’est intensifié lors du confinement, mais le doute s’installe de nouveau dans mon esprit, l’après me semblant ressembler de plus en plus à l’avant, et parfois en pire… Mais je garde l’espoir de ce renouveau vers des valeurs ancestrales, alors merci Béné pour cette présentation d’un monde artisanal qui ne demande qu’à vivre 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.