Coupe Pratique 1930, ULTIME Méthode par l’Observation et le Toucher avec 33 Patrons

Coupe Pratique 1930, ULTIME Méthode par l’Observation et le Toucher avec 33 Patrons

Bonjour mes Vintage-lovers! Aujourd’hui c’est un livre « La coupe Pratique » de 120 pages de 1930 que je partage avec vous!

Il s’intitule la Coupe Pratique par l’observation, il était destiné à l’usage des écoles primaires, mais aussi élémentaires. Ainsi que des cours complémentaires des écoles primaires supérieures, tout comme des écoles normale, même des écoles techniques, des lycées et collèges.

La préface est vraiment interessante, pour intégrer la coupe d’une emmanchure, ils se référent à la méthode Montessori! Oui, déjà en 1930. Il n’y a qu’en pratiquant qu’on apprend.

Il contient 86 illustrations et 33 patrons.

Béné’s news

Un weekend tranquille, enfin presque, c’est la dernière semaine avant les vacances, donc les enfants ont beaucoup de devoirs, d’évaluations… Le travail à la maison est indispensable, car ils sont notés par couleurs… Oui, oui, au collège… Alors vert, pour très satisfaisant, bleu pour satisfaisant, mais aussi orange pour fragile, et rouge pour insuffisant…. Alors j’ai du mal, en primaire je veux bien l’entendre. Mais se situer en vert/bleu signifie en gros de 13 à 20… Oui je râle, les enfants au collège, n’ont plus besoin de tampons de couleurs. Manquerait plus que les bon-points!

Donc weekend studieux, pour être débarrassé de la semaine, et séance de lecture pour les deux. J’impose à l’un comme à l’autre un temps calme ou ils lisent un livre. Un classique ou pas, c’est toujours intéressant à découvrir. De plus ce temps calme est apprécié par tout le monde, car j’en profite aussi pour me poser devant un livre moi aussi. Donner l’exemple va de soi.

































































































































Coupe Pratique 1930, ULTIME Méthode par l’Observation et le Toucher avec 33 Patrons

10 réflexions sur “Coupe Pratique 1930, ULTIME Méthode par l’Observation et le Toucher avec 33 Patrons”

  1. Bonjour,merci pour ce partage ! J’ai beaucoup de mal aussi avec le code couleur au collège …… Je vous souhaite une bonne santé ainsi qu’à vos proches , si mes souvenirs sont bons, votre époux avait eu des soucis , j’espère que tout se passe bien maintenant.
    Prenez soin de vous
    Anne Kergosien

  2. bonjour Béné, je trouve cette approche très sympa du patronage et de la confection- cela met à mal les absurdités de la mode et c’est une très bonne chose (je parle d’entravement de mouvement, blocage respiration et autre – heureusement que les tissus extensibles apportent plus de confort – et faire comprendre aux jeunes têtes que la forme du corps est à privilégier car une coupe inadéquate même très mode est totalement moche et inélégante – choisir la bonne forme de jean par exemple et non celle du moment – merci de ton partage –
    belle semaine à toi et aux lecteurs

  3. Coucou, Béné,
    Quel livre magnifique !!!! Une vrai mine d’or, avec beaucoup de détails et d’explications, à relire à tête reposée 😀
    Merci beaucoup pour ce nouveau partage !
    … Et bon courage pour les années collèges … et la suite, je trouve que tout est à l’avenant…
    Bonne semaine 😀

  4. Merci pour ce nouveau partage. Le nom des étoffes fait rêver : c’est un vrai voyage linguistique et presque poétique, j’aime beaucoup !

    En ce qui concerne ce « code couleurs » pour la notation, je ne le trouve pas du tout judicieux. Je suis professeur de français et nous avons, dans le collège où j’enseigne, gardé la notation sur vingt. Elle offre une possibilité de nuances bien plus grande que ces quatre catégories vagues et trop restreintes. Un élève qui passe de 8 à 10 ou de 12 à 14 a fait de vrais efforts : il sait très bien le constater, il est heureux d’avoir augmenté ses résultats et cela l’encourage à tenter un point supplémentaire, voire plus. Alors que ce « code couleurs » noie tout le monde dans une espèce d’uniformisation, et ne permet pas vraiment de visualiser les progrès. Sans compter le côté « maternelle » effectivement.
    On se demande souvent si les « spécialistes » qui nous pondent de telles mesures ont déjà mis les pieds dans une classe… Ou alors, on ne veut pas voir les vrais problèmes, c’est-à-dire la réelle baisse de niveau des élèves actuels.

  5. madeleine berdallou

    Génial! L’approche est claire et pratique mais le résultat loin d’êttre simpliste et cela dans un tout historique, technique, artistique ….. Merveilleuse pédagogie. Bonne semaine à tous

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :